2562
 
         
 | 
 

 Le Dernier Jour d'un Condamn: analyse d'un extarait:

         
Chamsse Kamar
modratrice



: 121
: 16
: , La littrature franaise et arabe
: L'criture et la lecture
: 03/05/2008

: Le Dernier Jour d'un Condamn: analyse d'un extarait:    5 2008 - 15:29



Le dernier jour dun condamn de Victor HUGO
Procds et fonctions du registre pathtique , Support l'incipit
Chapitre premier
Bictre.


Condamn mort !
Voil cinq semaines que j'habite avec cette pense, toujours seul avec elle, toujours glac de sa prsence, toujours courb sous son poids !
Autrefois, car il me semble qu'il y a plutt des annes que des semaines, j'tais un homme comme un autre homme. Chaque jour, chaque heure, chaque minute avait son ide. Mon esprit, jeune et riche, tait plein de fantaisies. Il s'amusait me les drouler les unes aprs les autres, sans ordre et sans fin, brodant d'inpuisables arabesques cette rude et mince toffe de la vie. C'taient des jeunes filles, splendides chapes d'vque, des batailles gagnes,des thtres pleins de bruit et de lumire, et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuit sous les larges bras des marronniers. C'tait toujours fte dans mon imagination. Je pouvais penser ce que je voulais, j'tais libre. Maintenant je suis captif. Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une ide. Une horrible, une sanglante, une implacable ide ! Je n'ai plus qu'une pense, qu'une conviction, quune certitude : condamn mort ! Quoi que je fasse, elle est toujours l, cette pense infernale, comme un spectre de plomb mes cts,seule et jalouse, chassant toute distraction, face face avec moi misrable, et me secouant de ses deux mains de glace quand je veux dtourner la tte ou fermer les yeux. Elle se glisse sous toutes les formes o mon esprit voudrait la fuir, se mle comme un refrain horrible toutes les paroles qu'on m'adresse, se colle avec moi aux grilles hideuses de mon cachot ; m'obsde veill, pie mon sommeil convulsif, et reparat dans mes rves sous la forme d'un couteau. Je viens de m'veiller en sursaut, poursuivi par elle et me disant : - Ah ! ce n'est qu'un rve ! - H bien ! Avant mme que mes yeux lourds aient eu le temps de s'entr'ouvrir assez pour voir cette fatale pense crite dans l'horrible ralit qui m'entoure, sur la dalle mouille et suante de ma cellule, dans les rayons ples de ma lampe de nuit, dans la trame grossire de la toile de mes vtements, sur la sombre figure du soldat de garde dont la giberne reluit travers la grille du cachot, il me semble que dj une voix a murmur mon oreille:

- Condamn mort !

Une ouverture pathtique, mouvoir et prendre parti.

Etymologie :Pathtique du grec pathos cest--dire la passion, la souffrance
Un texte appartient au registre pathtique quand il cherche mouvoir, attendrir par lexpression exacerbe des sentiments. Il voque des situations douloureuses, des malheurs.
Il cherchera susciter lmotion chez le lecteur. Cette motion peut tre une fin en soi. Il peu aussi avoir une autre fonction, amener le lecteur ragir, face une injustice par exemple.

Procds


Une nonciation caractrise par lemploi du JE pour exprimer la souffrance, Point de vue interne => identification du lecteur au personnage.
Les interjections, les exclamations et les interrogations qui tmoignent du bouleversement du locuteur :
- Condamn mort !
toujours courb sous son poids !
Ah ! ce n'est qu'un rve ! - H bien !
Les champs lexicaux de la douleur, de la souffrance, de la mort, de la fatalit (douleur, terreur, piti)
Le champ lexical de lide du temps : semaine, anne, jour, heure, minute, autrefois, maintenant.
Lopposition pass / prsent met en valeur la souffrance. Le prsent engloutit le pass.
Un texte rythm par des oppositions qui trouvent leur essence dans la construction du texte,
Autrefois. j'tais libre.
Maintenant je suis captif.
et le retour de lexclamation - Condamn mort ! Trois fois, comme un leitmotiv, expression de lobsession par lide de la mort venir.
Lhyperbole, la gradation pour amplifier lexpression de cette douleur. Cette gradation se retrouve sur le plan du rythme, renforce par lanaphore.
Voil cinq semaines que j'habite avec cette pense, toujours seul avec elle, toujours glac de sa prsence, toujours courb sous son poids !
Chaque jour, chaque heure, chaque minute avait son ide
Une horrible, une sanglante, une implacable ide !
Je n'ai plus qu'une pense, qu'une conviction, quune certitude : condamn mort !
Les images mouvantes : comparaisons, mtaphore, mtonymie
,.j'tais un homme comme un autre homme
.elle est toujours l, cette pense infernale, comme un spectre de plomb mes cts
se mle comme un refrain horrible toutes les paroles qu'on m'adresse,
reparat dans mes rves sous la forme d'un couteau.
..brodant d'inpuisables arabesques cette rude et mince toffe de la vie.
cette fatale pense crite dans l'horrible ralit qui m'entoure
Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une ide.


  1. Personnification de la mort (effet de terreur).
    Quoi que je fasse, elle est toujours l, cette pense infernale, comme un spectre de plomb mes cts, seule et jalouse, chassant toute distraction, face face avec moi misrable, et me secouant de ses deux mains de glace quand je veux dtourner la tte ou fermer les yeux.

    Effet

    Emouvoir le destinataire, susciter sa compassion, ses larmes et sa piti.

    Pourquoi un registre pathtique?

    Il sagit dmouvoir lnonciataire pour le convaincre. Dans cet incipit, il sagit de conduire le lecteur prendre parti en faveur du condamn.
    Fonction argumentative qui sied un roman thse.
    
aimless in this world




: 868
: 23
: 24/02/2008

: : Le Dernier Jour d'un Condamn: analyse d'un extarait:    17 2008 - 10:25

    
soso




: : Le Dernier Jour d'un Condamn: analyse d'un extarait:    3 2009 - 12:47

merci beaucoup
    
 

Le Dernier Jour d'un Condamn: analyse d'un extarait:

          
1 1

 

-
» la rsum de chaque chapitre de le dernier jour d'un condamn
» LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMN?
» apre le recherche j'ai trouve la rsum d'antigone chapitre par chapitre
» La boite a merveille
» rsum chapitre par chapitre"la plante des singes&quot

:
 ::  :: -