فضاء للتعلم والتواصل و الإبداع

3307
 
الرئيسيةالرئيسية  البوابةالبوابة  مكتبة الصورمكتبة الصور  التسجيلالتسجيل  دخولدخول  

شاطر | 
 

 Article sur Candide de Voltaire

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Chamsse Kamar
modératrice


انثى
عدد الرسائل : 121
العمر : 18
المادة المفضلة : , La littérature française et arabe
الهوايات : L'écriture et la lecture
تاريخ التسجيل : 03/05/2008

مُساهمةموضوع: Article sur Candide de Voltaire   الثلاثاء 6 مايو 2008 - 14:03

Candide de VOLTAIRE


Si le précédent article nous plongeait dans l’ambiance glauque et déprimante du milieu ouvrier au XIXè siècle, cette semaine c’est une œuvre du XVIIIè qui attirera notre attention.

1759 : Voltaire écrit Candide, conte philosophique dans lequel il entreprend de démystifier certains penseurs allemands et notamment Leibniz pour lequel «tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles». Le conte est un véritable creuset d'anecdotes ironiques démontrant le contraire. Dans le chapitre 3 par exemple, il choisit donc de placer son héros dans des situations où «tout va mal»… Extrait qui enchaîne donc l'horreur et les catastrophes … Vive l'ironie voltairienne !


« RIEN n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons formaient une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d'abord à peu près six mille hommes de chaque côté ; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d'hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu'il put pendant cette boucherie héroïque.
Enfin tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camp, il prit le parti d'aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d'abord un village voisin ; il était en cendres : c'était un village abare que les Bulgares avaient brûlé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là, des filles éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros, rendaient les derniers soupirs ; d'autres, à demi brûlées, criaient qu'on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés.
Candide s'enfuit au plus vite dans un autre village : il appartenait à des Bulgares, et les héros abares l'avaient traité de même. Candide, toujours marchant sur des membres palpitants, ou à travers des ruines, arriva enfin hors du théâtre de la guerre, portant quelques petites provisions dans son bissac, et n'oubliant jamais mademoiselle Cunégonde. »

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Article sur Candide de Voltaire
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» عملية تشجير في مؤسسة تعليمية بمساهمة وتنظيم جمعية AFEE
» كيف تتناول الفاكهة بشكل فعال ومفيد

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
فضاء للتعلم والتواصل و الإبداع :: المقررات و المناهج الدراسية :: اللغة الفرنسية-
انتقل الى: