3304
 
         

 | 
 

 La lecture littraire

         
Chamsse Kamar
modratrice



: 121
: 18
: , La littrature franaise et arabe
: L'criture et la lecture
: 03/05/2008

: La lecture littraire    30 2008 - 5:05

La lecture littraire



La critique moderne se consacre actuellement ltude du texte du point de vue de sa rception ; elle se concentre sur le lecteur qui devient le centre dintrt de toute analyse. Le lecteur est dornavant responsable de son acte de lire, il est un lment fondamental du rcit puisque mme le sujet lisant participe mentalement et sentimentalement la construction du sens. la lecture est un jeu complexe qui ncessite une grande comptence linguistique- littraire et une trs bonne observation. Ainsi lcriture reprsente une stratgie de lire. C'est--dire que lauteur met en valeur le message et sa forme tout en travaillant un systme de signes qui indique, plus ou moins, les techniques susceptibles dapprhender et de lire lnonc. Lcriture nest plus un simple moyen de relater les penses mais une manire dinterroger lAutre avant dtre une incarnation de soi Cela veut dire que le texte est crit pour tre lu ; lauteur dans ce cas lorsquil crit il se prend lui-mme pour un autre.




Butor est lun des prcurseurs du nouveau roman, il a thoris et pratiqu ce genre depuis ses dbuts. Butor le romancier a toujours voulu reprsenter le lecteur rel au sein de ces critures en travaillant sur la difficult de prciser qui parle. Une tche dlicate qui a cart Butor le romancier la faveur de Butor le critique...




Dans les romans butoriens, le lecteur participe llaboration et la construction du sens, il ne se contente plus de recevoir ou danalyser un message puisquil est appel travailler un nonc en perptuel changement. chosifi, impliqu dans un rcit drgul, le lecteur ne peut quutiliser toutes ses connaissances pour sortir du labyrinthe. Butor considre ses lecteurs comme une force agissante capable de remodeler et de reformuler un texte pluriel. Il cherche un lecteur modle, potentiel qui devine ses intentions. Un lecteur susceptible de crer cette atmosphre interactive marquant cette communication entre les lecteurs et lauteur ; le lecteur idal est capable de transcender les ides de lauteur. Cest un lecteur envisag souhait par lauteur concret. Toutefois le lecteur rel, que nous sommes, est loin de reprsenter ce lecteur envisag, car le nouveau roman nous entrane dans un monde nigmatique et insidieux o le rcit se disperse la faveur dune criture qui met en valeur la forme du message et son contenu.




Le personnage est relgu au second plan, il reste un actant sans talent souvent tortur, erron, ridiculis, il ne peut plus rpondre nos rves dhrosme, de beaut et de nostalgie conventionnelle. Incomptent, paranoaque, indcis, perturb le personnage devient une nigme rsoudre, un objet mettre la loupe pour quil puisse saisir les composantes et les particularits





[size=25]Lauteur laisse des indices ou des lacunes afin de pousser ses lecteurs rflchir, repenser leur texte. En effet, le lecteur rel doit toujours complter un portrait inachev, tracer les traits flous et imprcis dun tre sans me, dun tre cras davance par son propre choix ou par son propre acte. Le personnage au lieu dexister travers son acte, est dchir, toujours en pleine crise inapte agir, affronter le problme. Nous ne pouvons plus parler du personnage au sens classique car il est question dune nouvelle forme grammaticale o le sujet est dracin, loin de nous sduire, un simple actant narratif cras par lvnement qui devient matre de la situation




A vrai dire le fait de conter au sens traditionnel devient impossible ; le lecteur lui-mme est pluriel, nous parlons notamment du lecteur concret ou rel, du lecteur abstrait ou virtuel, modle ou postul ce qui pose problme. Il nest plus question dune narration qui commence mais dune ide qui sannonce ou dun texte silencieux qui dbute ailleurs et qui ncessite la participation dun destinataire actif et attentif, ce qui est problmatique. le temps et lespace butoriens, leur tour, deviennent des actants forts intrigants qui grent la narration ; notamment Rome dans la Modification ou Bleston dans Lemploi du temps relatent leffet de lespace sur les personnages et sa grande puissance dans llaboration et la construction du sens. Dailleurs les personnages dans ces romans semblent guids par lespace, cras par son poids et ses mystres. nous ne pouvons imaginer un roman butorien sans la prsence dun espace- signe ou dun temps dominant. Par exemple dans Degrs cest les temps de la sance qui domine. Mais dans La modification ou LEmploi du temps cest la prsence de Rome ou de Bleston qui gre la situation. Nous pouvons dire que Butor a donn aux lments spatiotemporels une grande puissance au point quil est difficile de ngliger le temps ou lespace sans dranger le systme narratif...
Auteur: Nadia BIROUK
Consultez le site de Nadia BIROUK pour plus d'informations: www.avis.anatoile.com
    
 
La lecture littraire
          
1 1
 
-
» La littrature maghrbine
» LITTERATURE NEGRO-AFRICAINE

:
 ::   ::  -